Alimentation

patte

Bien nourrir son chien est la clef du succès pour avoir un chien en pleine forme et en bonne santé. L’alimentation est primordiale à la survie du chien.
Elle fournit :

  • la matière première pour la multiplication des cellules osseuses, musculaires et nerveuses.
  • l’énergie pour leur fonctionnement.

Eléments nutritifs constituant l’alimentation :

Les protéines :

Valeur énergétique : 4 Calories/gramme

Elles constituent l’élément le plus important de l’alimentation car elles servent de matière première pour la fabrication de nouvelles cellules.
Le chien ne peut pas produire ses protéines à partir des autres substances, il doit absolument les trouver par l’alimentation (protéines animales et végétales).

Besoin en protéines pour le chien : BP

BP=2 X 0,042 X 70,5 X PP0,73par kg/jour

Exemple : Chien de 70 Kg
BP=2 X 0,042 X 70,5 X 70700,73= 1,88g/Kg/Jour
= Dose de protéines journalière pour le chien de 70 kg : 131,64 g / jour (1,88g X 70).

Les minéraux :

Ils sont renseignés en pourcentage de « cendres brutes » qui correspond aux minéraux : calcium (Ca), phosphore (P), sodium (Na), potassium (K) et autres.
Le calcium et le phosphore ont un rôle très important dans la croissance des os.
Leur rapport est très important : 1,2 Ca / 1 P → 1,2 molécule de Ca pour une molécule de P (construction de l’os).

Les fibres :

Les fibres sont un ingrédient essentiel pour la digestion et le transit intestinal.
Une alimentation dont le taux en fibres est supérieur à 3% n’est pas très conseillée car elle augmente le risque de diarrhées.

Les glucides :

Valeur énergétique : 4 Calories/gramme

Les glucides fournissent l’énergie nécessaire au métabolisme.
Ils ne sont toutefois pas indispensables au chien !

Les lipides :

Valeur énergétique : 9 Calories/gramme

Les lipides apportent l’énergie nécessaire au métabolisme. Ils doivent être présents en quantité raisonnable pour éviter l’embonpoint de l’animal.

DHA (Acide docosahexaénoïque) :

Acide gras de la famille des Oméga 3. Il est indispensable à la croissance et au développement du cerveau (surtout entre la 16ème et la 30ème semaine du chiot). Fabriqué en faible quantité par l'organisme, il doit être apporté par l'alimentation (vérifier présence sur sac de croquettes).

Les vitamines :

Une vitamine est une substance organique nécessaire, en faible quantité, au métabolisme d'un organisme vivant qui ne peut la synthétiser en quantité suffisante. Les vitamines sont des compléments indispensables aux échanges vitaux et sont apportées par la nourriture.
Elles participent au bon déroulement de la croissance et au maintien de l'équilibre de l'organisme.
La flore intestinale du chien adulte produit la vitamine K et C, pas chez le chiot ! La nourriture Puppy contient donc plus de vitamine C.

Les vitamines sont nombreuses :

  • La vitamine A : rôle dans la croissance et la vision.
  • La vitamine B : aide à la fabrication (anabolisme) ou à la destruction (catabolisme) de matières.
  • La vitamine C : favorise l'absorption du fer et la synthèse des globules rouges.
  • La vitamine D : permet l'absorption du calcium et sa fixation pour renforcer les os.
  • La vitamine K : autorise la fabrication de certains facteurs de la coagulation sanguine.

Remarque :
Une carence en vitamines est responsable de pathologies en rapport avec le déficit des fonctions auxquelles elles participent.
Un excès de vitamines, ou hypervitaminose, peut également être néfaste en causant des intoxications.

Quelle alimentation choisir ???

Croquettes, ration ménagère, BARF ou autres ???

Actuellement, pour des questions d’organisation, mon choix se tourne vers les croquettes. Toutefois, dans un éternel besoin de bien faire les choses, et donc de procurer à mes chiens une alimentation équilibrée et naturelle, je pense très prochainement passer au BARF (Biologically Appropriate Raw Food).

Les croquettes :

Méfiez-vous des arguments marketing (croquettes spéciales race, spéciales taille, spéciales âge) ! Ils ne sont pas toujours très fiables. Le prix n’est également pas un critère de qualité.
Pour choisir de bonnes croquettes, il est nécessaire de connaître quelques notions importantes afin de pouvoir décrypter correctement leur composition.
La liste des ingrédients doit reprendre, en premier lieu, la source de protéines animales (viandes, poissons) reprise en taux de matières sèches et ensuite les autres constituants présents en moindre quantité et repris par ordre décroissant.
Pourcentage matière sèche : %MS = (%X100) / (100-%humidité)

Cinq règles d’or pour faire correctement son choix :

1ère Règle : « Plus de protéines et moins de glucides ! »

Le taux de glucides (sucres ou hydrate de carbone) contenue dans les croquettes est rarement signalée sur l’emballage. La législation européenne n’oblige pas les fabricants à le mentionner. A vous de le calculer !

La composition des croquettes doit reprendre le taux de protéines, le taux de matières grasses brutes (lipides), l’humidité (si pas mentionnée, elle est estimée à 10%) et les cendres (si pas mentionnées, elles sont estimées à 8%).

Protéines 28 à plus de 48%
Lipides 12 à 20%
Glucides Moins de 35%
Fibres 1 à 5%
Humidité 10%
Cendres Moins de 8%
Calcium 1 à 1,5%
Phosphore 0,8 à 1,2%

Comment établir le taux de glucides ?

100% - % protéines – % lipides – %fibres – % cendres – %humidité

Contrairement aux idées reçues, les chiens tirent leur énergie des lipides et non des glucides.

Le rôle des glucides est de servir de liant pour la fabrication des croquettes et diminuer le coût de production.

On retrouve les glucides dans :

  • Les céréales (blé, maïs, orge, avoine, …) : riches en vitamines et minéraux et riches en amidon (favorise obésité, peu digeste et source d’allergie)
  • Les tubercules (pommes de terre, manioc, …) : source d’acides aminés essentiels très riches en amidon.
  • Les légumineuses (pois, lentilles, …) : riches en protéines, en minéraux et fibres, sources d’acides aminés essentiels.

Remarque :
Lors de vos premiers calculs, vous risquez d’être horrifiés par les quantités de glucides, souvent autour de 45%. Dites-vous bien que 25% de glucides est un excellent score pour des croquettes.

2ème Règle : « Un maximum de protéine d’origine animale »

Les chiens sont des carnivores. Ils possèdent les capacités morphologiques, anatomiques et physiologiques pour dévorer et digérer des proies vivantes.

Même si les chiens domestiques ont un régime plus riche en sucre, ils doivent principalement recevoir des protéines venant du règne animal.

Il faut absolument comparer la part des protéines animales sur celles des protéines végétales afin de choisir les croquettes qui apportent le plus de produits d’origine animale. Il faut donc se méfier de tous les apports en protéines végétales notamment tous les glutens de céréales (maïs et blé principalement) qui n’apportent que des protéines d’origine végétale et qui servent à augmenter l’apport protéique total.

Les ingrédients que vous prendrez en compte dans ces calculs devront impérativement suivre les règles suivantes.

3ème Règle : « Choisissez les protéines animales de bonne qualité ! »

Bien que la quantité de protéines animales soit importante, la qualité des protéines est essentielle.

Il est donc préférable d’avoir moins de protéines animales dans les croquettes, mais de meilleures qualités.

Pour trouver les protéines animales de bonne qualité, il suffit de lire l’étiquette. Voici le classement des protéines animales de la meilleure qualité vers la pire : Poulet frais (ou bœuf, volaille, porc), viande de volaille déshydratée, protéines de volailles déshydratées, sous-produits de volaille.

Une remarque importante pour cette règle :
Toujours lire l’ensemble de l’étiquette !
Certains fabricants affichent en première place des ingrédients de bonne qualité (poulet frais) qui a pour effet de soulager le consommateur alors que la suite des ingrédients n’est absolument pas recommandable.

4ème Règle : « L’espèce animale ou végétale utilisée doit apparaître »

Selon la législation actuelle, les fabricants de croquettes n’ont pas l’obligation de mentionner l’espèce animale (bœuf, volaille, porc) ou végétale (blé, maïs, orge, etc.) utilisée.

Dès lors, si vous lisez sur une liste d’ingrédients des mentions trop générales telles que « graisse animale » ou « protéines animales déshydratées » ou encore « farines de céréales », mieux vaut recaler les croquettes en question.

Méfiez-vous donc des ingrédients dont l’espèce est inconnue !

5ème Règle : « Les céréales sont à limiter au maximum »

Les céréales sont des matières premières bon marché pour les fabricants de croquettes.

Les céréales apportent beaucoup de glucides suppression, très peu de nutriments et de vitamines. De plus, elles fatiguent énormément le système digestif du chien, notamment le pancréas à travers la synthèse d’amylase.

Remarque :

  • Pourcentage de viande fraîche => taux avant cuisson. Il faut diviser ce pourcentage par 4 pour avoir le taux de matière sèche.
  • Préconiser l’information « viande fraîche », « viande déshydratée ».
  • Eviter la présence de céréales, sous-produits, colorants, arômes, additifs, …
  • Eviter les croquettes dont la composition est trop générale comme le terme viandes, céréales sans aucune précision de leur origine.
  • Eviter les croquettes dont le premier composant, et donc le taux majoritaire, sont des céréales. Le maïs est la céréale la moins digeste.

Analyse de la composition des croquettes :

Exemple :

Croquettes Carnilove LAMB WILD BOAR

Ingrédients :

viande de sanglier moulue déshydratée (30% ) , viande d’agneau moulue déshydratée (25%) , pois jaunes (20 %) , graisse de poulet (conservée avec tocophérols ,10%) , foie de poulet (3%) , pommes (3%) , amidon de tapioca (3%) , huile de saumon (2%) , carottes (1%) , lin (1%) , pois chiches (1%) , hydrolyse carapaces de crustacés (source de glucosamine, 0.026% ), extrait de cartilage (source de chondroïtine, 0016%), levure de bière (source de mannan -oligosaccharides , 0,015%) , racine de chicorée ( source de fructo-oligosaccharides , 0,01% ), yucca schidigera (0,01%) , algues (0,01%) , psyllium (0,01%) , thym (0,01%) , romarin (0,01%) , origan (0,01%) , canneberges (0,0008%) , myrtilles ( 0,0008%) , framboises (0,0008 %) .

Analyse:

PROTEINES : 38%
LIPIDES : 20%
CENDRES : 8,2% dont CALCIUM 1,8% PHOSPHORE 1,5%
FIBRES : 2,5%
HUMIDITE : 10%
100%-38%-20%-8,2%-2,5%-10% = 21,3% de glucides

Quelques références où se fournir en croquettes :

Nourrir comme la nature

Les croquettes reprises sur ce site peuvent également être achetées par l’intermédiaire deZOOPLUS et ZOOMALIA ou WANYMA.

La ration ménagère :

Ce type d’alimentation nécessite un dosage des ingrédients pour éviter un déséquilibre alimentaire chez votre chien. Elle est plus adaptée aux chiens de petites races.
Trois ingrédients principaux constituent la ration ménagère :
  1. Une source de protéines animales (viande, poisson, abat, œuf, …) : Elle doit représenter 50% de la ration. Elle doit être donnée crue pour être plus digeste et empêcher la dénaturation des enzymes et nutriments. Si la viande est maigre, il faut penser à ajouter une source de graisse. La quantité à donner dépend des besoins du chien et s’élève à 15 à 20 gr par kg de poids vif. Pour un chiot en croissance, il faudra lui donner 40 gr par kg jusqu’à l’âge de 3 mois et puis diminuer progressivement la dose avec la croissance.
  2. Une source de féculents (céréales, pâtes, riz,…) : Elle doit représenter 25% de la ration. Elle doit être donnée très cuite pour être plus digeste. Les céréales (intolérance) sont moins digestes que le riz.
  3. Des légumes et/ou fruits : Ils doivent représenter 25% de la ration. Ils peuvent être donnés cuits ou crus. Attention cependant à ceux qui peuvent être toxiques pour l’animal (ail, pomme de terre, champignons, raisins, oignon, noyau pêche-abricot).
  4. Des compléments : calcium (éviter excès), huile pour l’apport en oméga 3 (huile de colza, lin, saumon), vitamines et oligo-éléments (levure de bière, spiruline). Consulter votre vétérinaire pour leur dosage.

Le BARF :

De nombreux éleveurs nourrissent leurs Altdeutsche Schäferhund au BARF (Biologically Appropriate Raw Food).

Le chien étant un carnivore, il a besoin d’une nourriture riche en protéines animales. Le BARF répond parfaitement à ce régime car il consiste en une alimentation à base de viandes crues et autres produits crus, sans la présence de céréales et d’amidon.

Ce type d’alimentation présente de nombreux avantages :

  • Des dents plus blanches,
  • Une haleine moins odorante,
  • Des poils brillants et doux,
  • Des selles réduites,
  • Un repas plus attirant.

Opter pour le BARF demande une excellente organisation et des « bons plans approvisionnement ».

Idée de la composition d’un menu BARF :

  • Viandes (poulet, bœuf, canard, agneau,…) et poissons riches en oméga 3 (sardines, harengs, …) : Représente 50% de la ration journalière.
  • Os charnus (crus et enveloppés de viande) cuisses, ailes, cou de poulet, cailles : Représente 40% de la ration journalière.
  • Abats (cœur, foie, gésier, langue, …) : Représente 10% de la ration journalière.
  • Œufs (crus et entiers) : 1 œuf par 10 kg de poids et par semaine.
  • Mix de légumes-fruits (50% légumes à feuilles vertes, 45% de légumes racines et 5% de fruits) : Une cuillère à soupe de mix par 10 kg de poids et par jour.
  • Huiles animales ou végétales : Riches en oméga 3 et 6. Privilégier l’huile animale (saumon) car l’huile végétale accélère le transit intestinal. Une cuillère à café par 10 kg de poids et par jour.

Si vous êtes intéressés, je vous invite à consulter le site : Barf Asso